Le pouvoir du storytelling : l'expérience de The Market place

A travers le site www.welcometomarketproject.com et ses articles sur Medium (https://medium.com/@hello.mark...), nous avons découvert une expérience intéressante de mise en pratique des principes du storytelling. Nous avons voulu vous en consacrer un article.


Le projet The Market Place est un projet UX design et a été fondé en 2019 par Shaina, créatrice de contenu chez TBWA Singapour. Elle a lancé ce projet personnel de recherche UX afin d'étudier les aspects du storytelling sur appli mobile. Ce projet pour le moment non commercial a pour but de créer un concept d’appli en vue d’améliorer le design et l’expérience sur les interfaces de la vente e-commerce de produits artisanaux (type Etsy). Le constat : les sites de vente artisanale manquent de storytelling. L’application concept permettrait aux artistes de vendre leurs objets d’une manière plus sociale, interactive et visuelle à la manière d’Instagram, et à l’acheteur de faire des découvertes, de les partager et de vivre une expérience comme en marché artisanal physique.

L’équipe nous raconte comment elle a procédé au storytelling de l’interface-concept. Leur constat n°1 sur les marketplaces (ou encore sites e-commerce) d'achat et vente de produits artisanaux est qu’il y a un réel manque de narration, d’inspiration et d’expérience comme en marchés. Nous avons retenu les phases en amont d'enquête utilisateur qui ont permis d’aboutir à ce concept.


Première phase : l’expérience utilisateur.
 La visite directe en marchés d’art et la discussion avec le monde sur place (vendeurs, clients…). Sans comprendre le concept de storytelling en ligne, les vendeurs racontent leur histoire sans arrêt sur place, en marché physique, contrairement en ligne. Mais ils pensent que le storytelling n'est que le texte, or cela ne va pas sans un visuel parlant. En ligne, les sites sont vus comme trop pragmatiques et peu inspirants. De l’expérience virtuelle, des interviews et focus groupes acheteur/vendeur, l'insight se révèle : "La photo est ce qui amène l'acheteur à cliquer sur la description". Et cela tombe bien car les vendeurs sont très à l'aise avec la photo et la vidéo. 

Des personae s'imposent ainsi que des typologies d'utilisateurs : 





Deuxième phase : raconter l’histoire
. Pour amener du storytelling par les contributeurs (les vendeurs), l’équipe a travaillé ses templates, ses titres sur l’appli pour inspirer l’écrit et amener de l’authenticité. L’app a été conçue presque comme un réseau social avec des iconos de partage et de « like » ainsi que des commentaires et un feed permanent : chacun peut vendre et partager ses coups de cœur. L’exploration et la surprise comme en marché d’art ont été travaillés dans les catégories, étiquettes et hashtags parfois non conventionnels.

Troisième phase : travailler la narration visuelle
. La place a été faite au big & bold, à la photographie, et évidemment, à la vidéo.

Durant ces deux phases, le prototype a été travaillé en plusieurs étapes : le sketching, le déplacement de post-it, pour arriver à une arborescence validée et concevoir la navigation en wireframe, puis finir un prototype animé et visuel.




Quatrième phase : retours utilisateur et réflexions. Comme en vente physique sur les marchés, les utilisateurs vivent le même sentiment de découverte et ressentent de la joie lorsqu'ils naviguent sur l'app. Par contre, les utilisateurs ont critiqué la place trop importante accordée à la photo de profil du vendeur, le système de like qui n'est pas privé, et l’inutilité des hashtags dans ce contexte. Les réflexions de développement futur sont : accorder et expliquer la place du packaging, qui renforce le storytelling écrit/visuel, et également permettre de modifier ses photos directement sur l'app.

L’image a une place essentielle mais ne suffit pas à raconter l’histoire.

En savoir plus : 
https://medium.com/@hello.mark...
https://www.welcometomarketpro...

© Crédits photo et images : les images proviennent du site https://www.welcometomarketproject.com/ et des articles sur Medium.