Strikingly pour lancer son projet sur le web

Un outil intéressant pour créer un site Internet « one-page »

Depuis 2012, Strikingly.com publie de nombreux sites Internet « one-page » (autrement dit à URL unique = qui ne change pas d’une partie à l’autre du site créé), également disponible en version mobile et tablette (c’est-à-dire en « responsive design »). Ce type de site est particulièrement adapté aux petites structures et plus particulièrement à la présentation de produits, de services (meilleure visibilité que sur un site institutionnel par exemple) ou aux projets (lancements divers, programme de recherche, consortium, initiative...).

L’intérêt de la mono-page réside dans la praticité, pour l’internaute, d’accéder à l’ensemble des onglets du menu en « scrollant » simplement verticalement. Il lui est également possible de cliquer sur un onglet et d’arriver sur la partie du site désirée de manière automatique, par glissement.

Les templates (modèles de design de sites Internet) proposés par Strikingly sont plutôt modernes, ergonomiques et esthétiques. On les retrouve en consultant les « catégories » de sites prévues par l’éditeur : « startup », « blog », « e-commerce », etc. La classification est assez lapidaire, mais au sein de chacune, on trouvera un assez grand nombre de choix de modèles dédiés.

Côté pratique : si au cours de votre création vous optez pour un autre modèle que celui choisi initialement, c’est tout votre site (images et textes conservés) qui change de format en un clic. Bien sûr, il est possible d’importer vos propres images ou vidéos sur l’interface.

Pas besoin de dévoiler trop de données personnelles ni d’avoir des compétences en design ou en développement informatique


Pour se créer un compte Strikingly, il suffit de renseigner son adresse mail et de choisir un mot de passe. L’éditeur en ligne promet que 30 minutes suffisent pour réaliser son site Internet, ce qui d’après notre expérience est à peu près vrai, la rédaction d’éléments de langage étant finalement bien plus consommatrice de temps que la création du site lui-même.

Aucune connaissance en code informatique ou en graphisme n’est requise, il suffit de se laisser guider par « les boîtes d’édition ». Toutes les opérations se font sur une seule et même page et l’interface est plutôt facile d’utilisation : tout est indiqué.

Strikingly existe en plusieurs langues, dont le français.

A noter, l’éditeur permet également d’ajouter des parties spécifiques comme un « blog » ou une « boutique » à l’intérieur du site que vous venez de créer. Nous n’avons pas essayé d’utiliser le module boutique, mais à voir dans quelle mesure il peut être adapté à l’offre de consultations pré-payées. Le module blog, pour sa part testé, permet de gérer les articles avec une partie (optionnelle) « commentaires » ou encore « flux RSS » (permet à l’internaute de « veiller » vos publications). En revanche, les billets du blog s’ouvrent individuellement, ce qui limite l’efficacité de la consultation.

Il est également possible de suivre le trafic de votre site et de votre partie blog via les statistiques que Strikingly propose sur son tableau de bord une fois votre compte créé.

Une version gratuite assez aboutie


La formule gratuite nous semble suffisante pour commencer sur Strikingly. Elle permet de créer autant de sites que l’on souhaite.

Pour les autres (« limité » et « pro »), le coût reste raisonnable avec des prix tels que 8$/mois ou 16$/mois pendant un an. Ces versions permettent, entre autres, d’avoir son propre nom de domaine (mieux pour un site professionnel que l’URL à rallonge avec un sous-domaine « Strikingly.com »), plus de choix de polices, passer en mode collaboratif pour travailler à plusieurs sur le site, retirer le logo Strikingly, etc.

Un one-pager pour l’avocat-entrepreneur “pressé”


Pour un jeune avocat ou plus largement un entrepreneur qui se lance et souhaite obtenir rapidement et à moindre coût un site Internet à la fois élégant et fonctionnel.

En effet, Strikingly permet de créer sa « landing page » (ou page de lancement) pour annoncer son projet et créer ainsi un lien avec ses publics. Une section « contact » est indispensable, tout comme le bouton de « call to action » (bouton qui doit être assez visible pour inciter au clic et donc à entrer en contact). Dans le cadre d’une phase de « bêta-testing » (consistant à faire essayer son service à son public avant de le déployer) c’est important de récolter les avis, les remarques et suggestions des utilisateurs. C’est également un moment approprié pour récupérer des emails en vue de solliciter, en temps voulu, ses publics les plus volontaires pour de nouvelles interactions.

Bon à savoir lors de votre création d'un site Internet :
Le profil utilisateur qui se connecte à votre site est en général un peu « angoissé » : il a un problème, il cherche un avocat, il sait qu’il peut avoir des surprises côté tarif ou/et sur l’accompagnement qu’il recevra. Votre potentiel client a besoin de lire un site Internet simple, bien construit et qui donne l’air d’être très sophistiqué comme s’il avait été développé par un expert (cela montre vous êtes un professionnel qui soigne son image, son conseil… et donc sa relation client). Il a également besoin d’avoir accès à l’information qui l’intéresse très rapidement : votre spécialité, vos tarifs, les autres services proposés, etc.

Votre cible est exigeante : elle va payer plus ou moins cher un service qui ne peut pas se permettre d’être « moyen ».

Un chiffre :

59% des avocats ont un site internet, un blog ou une newsletter. 


Source : la consultation nationale numérique lancée par le Réseau National d’Incubateurs des Barreaux - https://reclex.typeform.com/report/tiHEOy/ya7RDxlyc5OXX1vO?typeform-print=1&typeform-cache=0